Festival Paris Cinéma 2012 - Les avant-premières
Ces explorateurs du froid

Festival Globe Trotters ABM

Du 28 au 30 septembre 2012, je me rends assidument à l’Opéra de Massy pour la 24ème édition du Festival des Globe Trotters organisé par ABM, l’association Aventures du Bout du Monde. Bien sûr, mon objectif premier est de voir des films de voyage, ce n’est pas pour rien que mon blog s’appelle Travel and Film. Avec Sarah, nous en profitons aussi pour discuter et proposer notre film Paris U2 Moscou, en espérant qu’il sera projeté dans un futur festival de voyages.

C’est aussi l’occasion de voir des amis, des connaissances et faire de nouvelles rencontres. Sont présents, entre autres, Adeline de Voyages, etc., Julien de J’aime le monde, Laurent du Tour du monde en 60 jours, Noémie de Voyager au féminin et qui a fait une conférence, Guillaume de Geek World Tour, Une belge-Un français. Et c’est un plaisir de discuter voyages avec différentes personnes à leur stand afin de prendre des infos pour un futur voyage où partager ses expériences comme avec les bourlingueurs.

La sélection de films et de réalisations numériques est très éclectique, aussi bien du point de vue des destinations que des expériences vécues, mais aussi du point de vue de la qualité et de l’intérêt des films. Chaque projection est suivie d’un court débat en présence des réalisateurs aventuriers. François a d’ailleurs écrit un article pour « Un Monde d’aventures » avec beaucoup de vidéos d’extraits de films et d’interventions, pour le lire, cliquez ici. J’ai choisi de commenter quelques uns de ces films, notamment mes préférés. J’ai aussi écrit un autre article sur les films polaires. Par ordre de programmation…

Jean-Claude Raoul

Jean-Claude Raoul

Quand le Tibet se prosterne de Jean-Claude Raoul (90’). Le Tibet est un endroit qui fait rêver les voyageurs ; perché dans les montagnes, moi aussi j’aimerais beaucoup y aller. JC Raoul est allé à la rencontre de ces religieux et a fait un film sur le bouddhisme pratiqué là-bas. Chose curieuse, l’auteur du commentaire en voix off s’adresse directement à Bouddha, mais le ton est trop monocorde et il y a quelques longueurs. En revanche les images sont de toute beauté, en Haute Définition. On dirait des cartes postales vivantes.
Tour du Monde en solex de Paul-Henri et Ophélie Venthournout (30’). Voila un petit film sympathique. Certes la qualité des images filmées n’est pas formidable, mais c’est bien monté et fun à regarder; c’est très agréable de voir, non pas un cours d’histoire-géo sur les pays traversés, mais leur expérience vécue notamment en vélosolex, avec ses galères et ses moments de délire, les rencontres avec les locaux curieux. Les passages de mécanique et autres petits soucis, dédiés à l’engin à moteur, à ce qu’il paraît le plus écologique de la planète, sont vraiment comiques. (Avelosolex.com)

L’école des hauts de Danielle Jay (52), c’est l’histoire émouvante d’une institutrice qui enseigne tous les niveaux de l’école maternelle et primaire à une douzaine d’enfants vivant dans le village perché du cirque de Mafate sur l’île de la Réunion, lieu isolé géographiquement par 3 heures de marche (pas d’autre moyen de transport). Très bien fait, ce film montre la vie de cette jeune femme mais aussi celle des habitants et de leurs enfants très attachants.

Les Himbas font leur cinéma de Solenn Bardet (52’) superbe film sur la tribu des Himbas en Namibie, un coup de cœur. Ce film est coréalisé par les Himbas eux-mêmes, ce qui donne une autre dimension au film. Ce qu’on voit à l’écran et qui est mis en scène, c’est ce que les Himbas veulent montrer d’eux-mêmes, le tout avec humour. (kovahimba.org)

Solenn Bardet

Solenn Bardet

Paroles de conflits de Raphael Beaugrand (90’) Raphael a pédalé pendant un an de la France au Japon. Déjà parcourir plus de 10 000km tout seul à vélo relève du défi, et de plus pour rencontrer des gens victimes de conflits, il faut avoir le moral. De la guerre du Golfe à Hiroshima, tous ont vécu des choses horribles et tristes. Le film est bien fait et très intéressant, même si un peu long. Et d’après Raphael, ses prochains projets ne sont pas plus joyeux. Je ne peux m’empêcher de me demander où il trouve une telle motivation à traiter ces sujets et s’il fait la fête parfois… (parolesdeconflits.com)

Par Emilyz

Festival Paris Cinéma 2012 - Les avant-premières
Ces explorateurs du froid

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Comments links could be nofollow free.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.