Comment je suis devenue blogueuse de voyage et nomade digitale
Visiter New York : les 15 incontournables

Voilà déjà plusieurs années que je suis devenue digital nomad (nomade digitale ou nomade numérique en français), tout en étant blogueuse de voyage. J’adore ce mode de vie et il me convient parfaitement. Je ne le changerais pour rien au monde. On me pose souvent des questions sur mon parcours et ce mode de vie. Mon parcours est assez atypique et je vous raconte tout dans mon article Comment je suis devenue blogueuse de voyage et nomade digitale. Durant ces dernières années, j’ai aussi participé à pas mal de rencontres et conférences de blogueurs de voyage et de digital nomades. Je vous donne donc mes conseils et quelques pistes pour vous aider à devenir vous aussi digital nomad.

nomad-cruise-croisiere-transatlantique

 

Qui sont les digital nomads ?

Le digital nomad est quelqu’un qui travaille sur internet tout en voyageant. De nos jours, les digital nomads ont le vent en poupe. C’est devenu une nouvelle façon de travailler et de vivre grâce à internet. Ce sont des gens qui n’ont pas de domicile fixe en fait. Si vous êtes propriétaires, vous pouvez aussi louer votre bien immobilier toute l’année, notamment avec Airbnb par exemple. Et vous pouvez faire gérer cela avec une compagnie qui s’occupe de la gestion de location Airbnb lorsque vous êtes en voyage. C’est clairement la situation idéale pour avoir des revenus avant même de monter votre business.

digital-nomad-train

Donc si le travail peut se faire uniquement par internet, on peut être digital nomade et salarié en travaillant pour une entreprise. J’en connais, c’est le télétravail. Cela dit, la plupart des digital nomads sont en général à leur compte, ils ont créé leur entreprise, sont auto entrepreneurs ou free lance. La plupart des gens sont des entrepreneurs et créent un business en ligne. En vérité, il y a des tonnes et des tonnes de possibilités et de métiers pour devenir digital nomad. Cherchez le votre.

 

Travailler à distance

Travailler à distance se dit en anglais working remotely. Beaucoup d’entreprises se mettent au télé-travail, et laissent donc leur employés travailler chez eux. Cela permet à ces derniers de garder leurs enfants ou être plus libre sur leur emploi du temps, ne pas perdre le temps de transport pour se rendre sur son lieu de travail, etc. Bref, les avantages sont multiples et on est plus libre. Mais être « location independant » ne veut pas dire digital nomad, cela veut dire que vous pouvez travailler depuis votre ordinateur, mais vous n’êtes pas obligés d’être nomade.



De plus, des études ont été faites et démontrent que les employés pourraient être plus efficaces en travaillant de cette façon-là. Tout comme la sieste est un bienfait pour la productivité parait-il. Moi je pense que les individus sont tous différents et ce qui convient à l’un ne conviendra pas forcément à l’autre. Tout le monde n’est pas au top de sa productivité de 9h à 17h. Parait-il la plupart des gens sont plus efficaces le matin. Moi par exemple, je suis beaucoup plus efficace la nuit, j’ai toujours travaillé la nuit durant mes études (notamment entre minuit et 5h du matin), et tout s’est très bien passé. Et c’est toujours le cas aujourd’hui, j’écris mes articles de blog la nuit en général. Bref, pour moi, le matin n’existe pas, c’est le moment où je dors. Bref, le truc c’est de se connaître soi-même et de savoir ce qui nous convient.

 

Êtes-vous fait pour être digital nomad ?

digital-nomad-bahamas

En train de travailler sur un voilier aux Bahamas

Alors êtes-vous vraiment fait pour être digital nomad ? Clairement, c’est la première question que vous devez vous poser. Car c’est un mode de vie qui ne convient pas à tout le monde. Être toujours sur la route, ne pas avoir de chez soi, difficile de construire des relations de couple ou d’amitié durable, etc. Ça ce sont les inconvénients. Le plus gros avantage, c’est la liberté. La liberté sur tout en fait : travailler quand on veut, où on veut, s’organiser comme on veut, voyager où on veut. Bref, faire ce qu’on veut quand on veut. Et pour moi, c’est cela le plus important. Il faut peser les avantages et les inconvénients dans la balance et voir ce qui vous convient.

 

Comment voyager en tant que digital nomad, mes conseils

Chacun son style de vie, chacun son voyage. Certains digital nomads restent dans un pays trois mois puis changent de pays. C’est d’ailleurs le cas de la plupart d’entre eux. Les nomades digitaux aiment aussi se retrouver entre eux et se retrouvent donc dans des hubs de digital nomads. Il y a maintenant ces destinations prisés par les nomades digitaux pour leur qualité de vie, le coût de la vie très bas, le soleil et la proximité de la mer, la sécurité et les bonnes infrastructures, notamment du bon wifi forcément. Les principaux endroits sont Lisbonne, Barcelone, Berlin et Budapest en Europe et dans le reste du monde : Bali, Chiang Mai en Thailande, Medellin en Colombie. Et voici la liste des meilleures villes pour nomades digitaux avec Nomadlist.

nomad-cruise-arrivee-lisbonne

Lisbonne

Personnellement, ce n’est pas mon style de vie car je suis blogueuse de voyage et je ne passe donc pas la journée entière sur mon ordinateur mais plutôt à découvrir l’endroit que je visite. Et donc quand j’ai tout découvert, j’aime changer d’endroit. Je peux rester trois mois en Colombie mais certainement pas trois mois à Medellin. Et puis, j’adore aussi connaître la population locale et je préfère passer du temps avec des locaux qu’avec d’autres digital nomads. Lorsque j’ai visité Medellin, je passais mes soirées à danser la salsa avec des Colombiens alors que la plupart des autres nomades digitaux préfèrent se faire des soirées digital nomads en anglais. Question de goût et de style de vie. À chacun de choisir le sien. Cela dépend aussi de votre maîtrise de la langue locale. Quand on est digital nomad, les options sont multiples.

Je vous conseille tout de même de toujours respecter les durées de votre séjour imposée par l’immigration ou par le visa. Et je vous conseille de ne pas dire que vous êtes digital nomad quand vous arrivez dans un nouveau pays à l’immigration, car cela signifie que vous allez travailler dans le pays, ce qui est donc illégal avec un visa touriste. Inventez donc quelque chose qui ne soit pas du travail à distance mais qui montre que vous avez de l’argent à dépenser dans le pays, mais restez toujours en mode touriste. Une fois, j’ai dit que mes grands-parents étaient décédés et que mes parents avaient partagé leur héritage et que j’avais donc plein d’argent pour voyager sans travailler. Clairement c’est impossible à vérifier pour les douaniers et vous avez de l’argent pour voyager. On ne peut clairement pas dire qu’on bosse en France quand on a un passeport rempli de tampons. Bref, il faut être logique pour ne pas éveiller les soupçons. En tout cas, j’ai connu une fille qui s’est fait refuser l’entrée des États-Unis car elle a dit qu’elle était digital nomad.

 

Conférences sur le nomadisme digital

digital-nomad-starter-paris-conference

Conférence au Digital Nomad Starter à Paris

Il existe plusieurs conférences sur le nomadisme digital, parlant de ce style de vie avec de nombreux conseils et exemples. Vous y verrez des conférences sur l’aspect pratique mais aussi des gens inspirants qui parlent de leurs expériences. La plupart des conférences pour les digital nomads sont en anglais mais cela commence à se développer en français. La plus connue est DNX Camp, mais je n’y ai jamais assisté. Voici les conférences auxquelles j’ai assistées et qui aident à devenir digital nomad et ce que je pense de chacune d’elle :

 

Digital Nomad Starter à Paris

digital-nomad-starter

Le Digital Nomad Starter est la seule conférence à ma connaissance en français. Elle a lieu à Paris tous les ans en septembre. Sur deux jours, vous aurez un programme de conférences et ateliers pour vous aider à devenir digital nomad, vous donner des idées ou vous aider à consolider votre business. C’est aussi l’occasion de rencontrer d’autres gens qui ont les mêmes aspirations que vous. Et je dois dire que c’est la conférence la plus intéressante et que je vous conseille le plus pour nous les francophones. Malheureusement je trouve que les conférences anglophones n’ont pas la même façon de voir les choses et les gens sont d’une manière générale beaucoup plus obsédés par la productivité et l’argent que l’aspect humain parfois. Bien sûr, ce n’est pas le cas de tout le monde, c’est juste une généralité, mais que j’ai malheureusement ressentie dans pas mal de conférences à l’étranger.



 

Nomad City

nomad-city-las-palmas-visit

Nomad City est un événement bien sympathique en anglais, qui a lieu tous les ans à Las Palmas de Grande Canarie, dans les îles espagnoles des Canaries. Sachez que les Canaries, notamment Grande Canarie et Tenerife sont des destinations très prisées des nomades digitaux. Beaucoup s’installent là-bas, notamment grâce à son climat parfait toute l’année, la vie bon marché et la grande communauté de nomades digitaux. Il y a beaucoup d’espaces de coworking d’ailleurs. Pour plus de détails sur Nomad City, voir mon article : Nomad city Las Palmas : réunions, visites et conférences entre nomades digitaux.

 

Nomad Cruise

a-bord-du-nomad-cruise-monarch-pullmantur

Nomad Cruise est vraiment un super concept à la base : rassembler des digital nomads ou personnes qui souhaitent le devenir à bord d’un bateau de croisière qui traverse l’Atlantique. Bref, l’idée et l’ambiance de départ est formidable. Tout est en anglais. J’ai pour ma part participer au Nomad Cruise 4 de Carthagène des Indes en Colombie jusqu’à Lisbonne au Portugal. Superbe expérience. Le prix était tout à fait raisonnable, quasiment le même prix que le prix Pullmantur, la compagnie de croisière sur laquelle le Nomad Cruise est organisé. En plus des conférences et workshops à bord, il incluait un tee-shirt, un petit sac et deux excursions lors des escales dans les Caraïbes, bref un super deal. Car il faut savoir qu’il y avait 150 digital nomades à bord d’un bateau de croisière d’environ 2000 passagers. J’ai sympathisé avec des digital nomads comme d’autres passagers principalement latinos d’ailleurs. Lire mon expérience détaillée sur le Nomad Cruise, une croisière transatlantique avec des digital nomads.

nomad-cruise-curacao

Nomad Cruise 5 des Canaries au Panama

J’ai donc décidé de renouveler l’expérience lors du Nomad Cruise V qui traversait l’Atlantique dans l’autre sens, soit de Las Palmas de Grande Canarie jusqu’à Colon au Panama. Déjà là, le prix avait quasiment doublé et n’incluait plus que le tee-shirt, pas de sac et les excursions étaient devenues payantes. Bref, je n’avais pas l’intention de payer ce prix-là, j’ai donc négocié avec l’organisateur une réduction importante du prix en échange de photos pour promouvoir le Nomad Cruise sur les réseaux sociaux et un article de blog par la suite. Il m’a donc fait 40 % de réduction, ce qui correspondait en fait au prix Pullmantur. Donc pour vous donner une idée, le prix de Nomad Cruise avait donc augmenté de 40% pour moins de prestations. De plus, il y avait 250 nomades et non 150 donc un groupe moins intime. Et je peux vous dire, ce n’est pas parce qu’il y a plus de monde qu’on fait plus de rencontres ni plus la fête. De plus, les conférences et workshops m’ont paru moins intéressantes que la première fois, notamment car beaucoup de ces conférences étaient tout simplement les mêmes qu’à bord du Nomad Cruise IV. Lire mon expérience en détails sur le Nomad Cruise V de l’Espagne au Panama: traverser l’Atlantique avec des nomades digitaux.

conference-nomad-cruise

Bref, si vous revenez souvent, vous verrez souvent la même chose. D’autre part, parmi les digital nomads, il y a vraiment des profils très différents et donc vous ne pourrez pas être intéressé par toutes les conférences ou workshops. Par exemple, les conférences sur comment faire son sac, voyager avec des enfants ou manger vegan, ne m’intéressent absolument pas. Si on enlève les conférences que j’avais déjà vues ou celles sur lesquelles j’avais déjà un niveau bien trop avancé comme le SEO de base ou trouver son équilibre en voyage, et bien je dois vous dire qu’il ne restait plus grand-chose qui m’intéressait et où j’apprenais quelque chose. En tout cas, rien qui ne valait la peine de payer quasiment 500 euros de plus par rapport au prix Pullmantur. Car finalement, ce qui est le plus sympa, c’est de traverser l’Atlantique en croisière avec plein de gens sympas.

nomad-cruise-5-group-photo

Nomad Cruise 5, crédit photo Nomad Cruise

Je dois dire que j’apprécie toujours autant de traverser l’Atlantique en croisière, c’est à mon avis la meilleure façon de le faire si on a le temps. D’une part, sur une croisière transatlantique, l’empreinte carbone est bien inférieure à prendre l’avion puis passer deux semaines dans un hôtel tout inclus pour 2000 personnes. Mais c’est surtout l’océan à perte de vue, les levers mais surtout les couchers de soleil, la bonne bouffe, les rencontres… Bref, c’est une expérience que je recommande et puis on se rend plus compte de la distance que l’on traverse. Donc bien que le Nomad Cruise n’était pas à bord, j’ai décidé de rentrer d’Amérique latine en croisière transatlantique toute seule de Saint-Domingue en République Dominicaine jusqu’à Lisbonne au Portugal en avril 2018. Et bien, il y a avait un bon groupe de jeunes à bord avec qui j’ai bien sympathisé et j’ai passé une très bonne croisière, même sans digital nomads à bord.

nomad-cruise-croisiere-transatlantique

À bord de cette dernière croisière, je prends connaissance de la prochaine croisière transatlantique qui aura lieu en novembre de cette même année 2018 de l’Espagne au Brésil. Je propose l’aventure à mes parents et on se réserve deux cabines. Deux semaines plus tard, le Nomad Cruise annonce son prochain trajet sur ce même paquebot. Je contacte donc l’organisateur en lui proposant de faire des conférences sur le blogging de voyage et sur le Brésil, pays d’arrivée de la croisière que je connais si bien. J’ai déjà ma cabine bien sûr et il me dit que je dois payer 500 euros mais qu’il me fait une réduction pour 300 euros, et que je peux bien sûr postuler pour faire une conférence mais que les élus seront choisis plus tard. Postuler pour faire une conférence et en plus payer alors que je lui ai déjà envoyé plusieurs personnes françaises qui m’ont dit être venues grâce à mes articles de blog? Je trouve cela vraiment abusé! Je ne paierai donc pas et ferai partie de la croisière tout simplement.

De toute façon, je suis digital nomade depuis plusieurs années et les conférences et workshops ne m’apportent quasiment rien. Et puis de toute façon, je serai à bord avec à peu près une centaine de personnes que je connais déjà. De plus, je serai avec mes parents avec qui j’irai dîner tous les soirs. À vrai dire, ce qui m’intéresse le plus, c’est profiter, traverser l’Atlantique, discuter au bord de la piscine, siroter des cocktails tout en rencontrant des gens intéressants qu’ils fassent parties des 400 nomades du Nomad Cruise ou qu’il soient de simples passagers Pullmantur de tout âge, toute origine ou peu importe leur style de vie ou parcours.

L’organisateur du Nomad Cruise Johannes a cette année-là décidé d’organiser un autre événement qui s’appelle Home Base Global à Barcelone, ma ville préférée, en novembre avant le Nomad Cruise. Je décide donc de rejoindre l’aventure car j’aime découvrir les nouveautés dans le milieu. De plus, le prix de base est très attractif, j’achète donc mon ticket normalement via le lien envoyé dans la newsletter. J’ai un très bon ami qui habite à Barcelone et qui m’héberge pour l’occasion, donc c’est aussi l’occasion d’aller passer un peu de temps avec lui.

L’organisateur du Nomad Cruise est bien embêté que je sois inscrite à bord de la croisière sans faire partie du groupe car il sait très bien que je ferais partie de la communauté quand même. Il décide donc tout simplement de me virer de Home Base Global, sans même avoir le courage de me l’annoncer lui-même. Je n’ai pas le choix, ils me remboursent et me renvoient tout simplement. Je ne continuerai donc pas l’aventure Home Base Global et n’ai donc pas beaucoup d’idée sur la question si ce n’est que je n’ai rien appris dans les quatre premiers jours en tout cas, mais j’y ai rencontrée une française sympathique. Bref, ils ont de grands principes d’acceptation et d’ouverture d’esprit sur le papier qu’ils ne mettent pas en pratique eux-mêmes.

J’ai ensuite passé du temps avec tous les nomades à bord de la croisière. Même si j’y ai rencontré des gens cool du Nomad Cruise qui sont devenus des amis et revu les anciens potes ; malheureusement pour la plupart, j’ai trouvé ces monades toujours entre eux et fermés aux autres. Bref, vu l’ambiance, la qualité limite des conférences et les prix exagérés, il est évident que je n’ai aucunement l’intention de renouveler l’expérience Nomad Cruise. Cela dit je réserverai d’autres traversées avec plaisir avec Pullmantur et me retrouverais sans doute à nouveau à bord du même paquebot.

Par Emily-Z



Comment je suis devenue blogueuse de voyage et nomade digitale
Visiter New York : les 15 incontournables

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Comments links could be nofollow free.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.