Visiter Londres sur les traces de Paddington
Voyager au Venezuela, budget et conseils pratiques





venezuela-drapeau

Que les choses soient claires dès le début, cet article n’est pas là pour vous inciter à aller voyager au Venezuela. J’y ai voyagé pendant six semaines en avril et mai 2014 toute seule, et pendant les révoltes. Je vais vous expliquer pourquoi, vous raconter ce que j’y ai vécu et vous donner quelques conseils basés sur mon expérience. Je vais aussi citer quelques témoignages que j’ai entendu directement venant de gens ayant été là-bas. Attention pas de rumeurs et pas de « j’ai entendu dire », mais des « j’ai vu ». Donc si vous me demandez si je vous conseille d’aller voyager au Venezuela en ce moment, la réponse est clairement NON. Mais j’espère que les conditions de sécurité vont s’améliorer car il y a des sites magnifiques à y voir.

Bref, vous irez au Venezuela sûrement si vous êtes journaliste, que vous n’avez peur de rien, que c’est le seul pays d’Amérique du Sud qui vous manque, que vous vous trouvez à Trinidad (l’île des Caraïbes juste en face) et que vous êtes curieux ou que vous êtes un passionné des tepuis, ces montagnes tabulaires aussi vieilles que la formation de la terre et absolument fascinantes… D’ailleurs pour moi, c’était un peu toutes ces raisons à la fois !

Avant de partir, j’ai fait beaucoup de recherches sur internet, demandé conseil sur facebook, twitter, à des amis qui avaient vécu au Venezuela (tous des journalistes) et j’ai communiqué avec des touristes (amis d’amis sur facebook) qui étaient là-bas avec qui on m’avait mis en contact via le réseau social. Beaucoup de gens vous diront que c’est partout pareil, et qu’il faut faire attention partout, et qu’à Paris, la même chose peut vous arriver. Croyez-moi, ce n’est pas vrai et ces gens-là n’ont pas beaucoup voyagé. Faites juste quelques recherches sur internet et vous verrez que le taux de meurtre à Caracas est un des plus élevés au monde et ce ne sont pas juste des règlements de compte. Ça peut vous arriver à n’importe quel coin de rue.

voyage-venezuela-drapeau-caracas

Caracas

J’ai déjà voyagé dans plus de 60 pays dans le monde entier sur tous les continents et notamment quasiment tous les pays d’Amérique du Sud, et le Venezuela est de loin le pays le plus dangereux que j’ai visité dans ma vie.

 

Insécurité, police et corruption au Venezuela

La police au Venezuela est très corrompue. Tous les Vénézuéliens m’ont dit de les éviter, c’est donc ce que j’ai fait, je les ai toujours évités au maximum, on m’a raconté plein d’histoires où les flics ou militaires en uniforme volent purement et simplement les touristes. Alors bien sûr, ils ne sont pas tous comme ça, mais le conseil est de les éviter. Lisez plutôt le témoignage de Jeremy Marie (qui a fait le tour du monde en auto-stop) sur son expérience au Venezuela, article très complet, écrit il y a un petit moment déjà pourtant, mais il décrit très bien les problèmes au Venezuela, même si Hugo Chavez est mort depuis et que le taux non officiel du dollar a flambé encore plus : Carnet de bord : compliqué Venezuela.

voyage-venezuela-uniforme-police

Comme je le disais plus haut, le Venezuela est le pays le plus dangereux que j’ai visité. L’insécurité est partout, on la ressent tout le temps. Ça peut aller du simple pickpocket au meurtre. Et n’allez pas croire qu’il n’y a qu’à Caracas que c’est dangereux ! Non c’est partout, beaucoup plus la nuit que la journée. Alors au Venezuela, en général, après 18 heures on ne sort pas. Il faut vous imaginer qu’à n’importe quel moment, on peut vous mettre un flingue sur la tempe et vous demander tout ce que vous avez. C’est quelque chose d’assez courant, même si je ne l’ai pas vécu, je connais des gens à qui c’est arrivé. Donc quand vous êtes dans un taxi ou une voiture, vous fermez toutes les fenêtres quasiment jusqu’en haut même s’il fait chaud ; on ne sait jamais quelle moto peut se mettre à votre hauteur et vous menacer. Et puis ça peut être la police où n’importe quel mec en uniforme aussi.

voyage-venezuela-el-avila

Parc national El Avila, Caracas

En fait, au Venezuela, il faut penser à l’envers. Souvent, quand vous cherchez votre chemin, vous vous dites : « je vais demander aux flics, ils sauront » ; au Venezuela, évitez cela, ils vous indiqueront peut-être le chemin avec un sourire, mais en entendant votre accent, ils vous demanderont peut-être votre argent et votre appareil photo. Alors pourquoi prendre le risque ? Vous vous dites : « je vais aller au parc national un jour de semaine, il y aura moins de monde, ce sera plus agréable » ; et bien non. Au Venezuela, allez-y le dimanche quand tout le monde y va ; plus il y a de monde, plus vous êtes en sécurité. C’est ainsi que j’ai visité le parc national El Avila de Caracas un dimanche. J’y suis allée avec une copine vénézuélienne, on a trouvé ça assez sûr, plein de gens faisant du sport, c’est là où j’ai vu le plus de mecs mignons et bien foutus dans tout le Venezuela ;-). C’est même le seul endroit de Caracas où j’ai sorti mon appareil photo réflex, que j’avais mis dans un petit sac à dos banal et que je n’ai sorti qu’en haut du parc, certainement pas en bas aux abords de la ville. Mais pour info, le soir-même aux nouvelles, on apprend que ce jour-là, on a retrouvé deux cyclistes assassinés dans ce parc.

voyage-venezuela-caracas-avila

venezuela-voyage-parc-el-avila

Parc national El Avila, Caracas



Sécurité à Caracas

venezuela-caracas-favela

Caracas

En fait, au Venezuela, on ne vit pas dans la confiance mais principalement dans la méfiance, même s’il faut ajouter des nuances. Le soir où je suis arrivée à Caracas dans les embouteillages, j’appelle le contact qu’on m’avait donné qui est photographe. Il est en plein milieu d’une grosse manifestation et ne peut pas venir me chercher à la gare de bus. La dame d’une soixantaine d’années assise à côté de moi me dit que c’est beaucoup trop dangereux d’aller jusqu’à la gare routière principale et en plus, la nuit va bientôt tomber. Du coup elle me propose d’aller chez elle, dans un quartier assez loin du centre, une sorte de « favela », où elle vit avec ses filles. Apparemment quand on est avec des locaux, il n’y a pas de problème dans ce genre d’endroit, elle m’a hébergé une nuit et a pris le métro avec moi le lendemain puis je suis allée chez des amis d’amis. Bref on rencontre des gens formidables ! Ce qui m’avait étonné, c’était le fait qu’elle se justifie tout le temps auprès des gens du bus comme quoi elle avait des enfants et que c’était donc mieux qu’elle me ramène chez elle, bref tout le monde était bien plus inquiet pour moi que moi-même. Mais bon un jour, on m’a dit que le gène de la peur ne m’avait pas été transmis. Je ne suis en effet pas vraiment peureuse et comme on dit « la peur n’évite pas le danger ». Je dirais même que c’est plutôt le contraire : les gens qui ont peur ont plus de chances de se faire agresser en général, mais je sais bien que tout cela est difficile à contrôler et je ne suis pas psy !

venezuela-caracas-securite

L’entrée de l’appartement à Caracas

Chez les amis à Caracas, tout s’est bien passé, mais impossible qu’un voisin vous ouvre la porte en bas, quelques jours plus tôt une fille s’était faite agressée et voler ses clés. Depuis c’était la psychose dans l’immeuble, donc quand je rentrais à l’appartement la journée, j’attendais que quelqu’un descende m’ouvrir. Il y a une première porte avec clé puis un bip pour la deuxième porte, on a encore besoin de ce même bip pour prendre l’ascenseur puis une fois arrivée en haut, il y a une grille puis la porte de l’appartement.

J’avais contacté beaucoup de gens, notamment via le site couchsurfing.org. Je n’ai pas utilisé le site pour l’hébergement car j’ai dormi chez des amis d’amis, mais le site m’a servi pour rencontrer des gens et sortir le soir. J’ai notamment rencontré un gars qui est venu me chercher et m’a emmené dans différents endroits de la ville notamment le quartier populaire d’Hugo Chavez. Il avait grandi là-bas et connaissait du monde, sinon défense d’y aller seul. Puis nous sommes allés danser la salsa dans un quartier réputé dangereux. Là-bas comme dans beaucoup d’autres endroits, on donne un peu d’argent à quelqu’un qui surveille votre voiture, sinon, la fois d’après, elle est endommagée ou volée. Et lorsqu’il m’a ramenée la nuit, j’ai appelé mon ami pour qu’il vienne m’ouvrir la porte en bas de l’immeuble mais pas question d’attendre devant, nous avons fait un tour de pâté de maisons en voiture le temps qu’il descende et dès que je l’ai vu, j’ai presque couru pour rentrer dans l’immeuble. Marcher en ville la journée ne semble pas super dangereux, et encore il faut prendre les axes principaux et non les petites rues. Mais dès la nuit tombée les rues deviennent de plus en plus désertes, le coucher du soleil étant vers 18h, jusqu’à 20 heures, ça va encore mais après les rues se vident sérieusement et il est très conseillé de rentrer chez soi. Bref, l’insécurité est palpable de jour comme de nuit à Caracas et les Vénézuéliens bienveillants ne manquent pas de vous le rappeler.

D’ailleurs au passage, je vous indique que beaucoup de gens disent que c’est dangereux pour une fille de voyager seule mais croyez-moi, le danger est aussi grand pour un mec que pour une fille, il est juste différent.

 

Le jour où j’ai failli me faire violer

Beaucoup de gens me demandent s’il ne m’est rien arrivé, et bien j’ai eu beaucoup de chance, car j’ai tout de même traversé tout le pays toute seule sans trop de problèmes. En revanche, j’ai failli me faire violer. Voici plus de détails :

C’était à Santa Fe, un endroit « plutôt sûr » du Venezuela, un village de pêcheurs touristique dans le parc national Mochima, sur la côte Caraïbe à l’Est de Caracas. Je me sentais relativement en sécurité, j’y ai même rencontré plusieurs Français installés là-bas, à mon grand étonnement tout de même ! J’ai sympathisé avec Audrey, la jeune femme qui tient l’auberge « Le petit jardin ». Je vous conseille d’ailleurs fortement de rester dans son auberge (plus chère mais plus classe qu’ailleurs) ou d’y passer pour la rencontrer, elle est prête à partager ses conseils. C’est samedi soir, et je lui parle de la discothèque du village. Elle me dit qu’elle n’y est jamais allée mais que son frère s’est retrouvé avec un flingue sur la tempe à la sortie pour avoir dansé avec la mauvaise fille, truc banal quoi. Bref, mais normalement, les filles n’ont pas ce genre de problème. Pour info (inutile), j’avais la jupe la plus longue de ma garde robe de voyageuse avec un débardeur, bref bien plus long et moins sexy que les Vénézuéliennes !

voyage-venezuela-santa-fe

Santa Fe

J’y vais faire un tour donc et tout se passe bien en boîte ; je rencontre même un groupe de gens sympas, je danse, bref tout va bien. Je trouve les mecs un peu collants et possessifs parfois, mais bon rien de bien grave. J’explique à l’un d’entre eux que je ne peux pas rentrer avec lui car mon mari m’attend à l’hôtel, il comprend très bien et rentre chez lui. Puis je décide de rentrer et un jeune de 19 ans, avec qui j’avais déjà discuté plus tôt et qui m’avait l’air plutôt gentil me raccompagne. Puis alors, qu’on est sur la place principale, il me dit que des gens nous suivent et qu’on devrait marcher un peu plus loin, du coup je le suis, on est juste à côté du stade près de la place principale. Dès qu’on arrive dans un coin sombre, il me saute littéralement dessus en m’attrapant par derrière. Pour info, le mec est un grand black baraqué et musclé, bref pas la peine de résister, je me dis que je vais y passer. Un truc auquel je ne m’attendais pas du tout dans un pays latin, mais avec tous les voyages que je fais toute seule, je me disais que ça pouvait bien m’arriver un jour… Il a donc utilisé l’insécurité de son pays comme argument pour m’agresser. En tout cas, j’ai compris que je ne m’en sortirai pas par la force et que je pourrais crier, personne ne viendrait, il me fallait donc être plus maline que ça. Après avoir essayé de me libérer et bouger mais voyant qu’il me tenait fermement et ne me laisserait pas partir. Il me dit qu’il a toujours voulu faire ça avec une européenne, je fais donc mine d’être intéressée mais qu’il faut vraiment que j’aille faire pipi. Il me dit de faire ça là dans le coin à côté de lui, je dis que je vais juste un peu plus loin, il me lâche deux secondes, je fais trois pas tranquillement puis prends mes jambes à mon cou (en tongs), jusqu’à la place principale. Il ne m’a pas suivi ! Là il y a des gens et un peu plus loin les flics, je marche donc vers mon hôtel tout proche. En fait, je me dis aussi que ce n’est pas la peine d’aller se plaindre à la police ni à personne d’ailleurs, car je pourrais avoir plus de problèmes, s’il se rend compte que je l’ai dénoncé, il peut me tuer tout simplement, la vie n’a pas grande valeur au Venezuela j’ai l’impression. Je décide donc de ne rien faire et puis de toute façon, ça ne servirait à rien. Je m’en suis bien sortie, et rien n’est vraiment arrivé, le « presque » ou « failli » n’a aucune valeur. Au Venezuela, je sais qu’il faut qu’il ne m’arrive rien, car je n’aurais aucun moyen d’obtenir justice, personne ne pourrait m’aider et puis de toute façon, tout le monde m’a bien déconseillé d’y aller donc difficile d’aller pleurnicher après. D’ailleurs les locaux se demandent bien souvent ce que font les touristes dans leur pays en cette époque de grands problèmes sociaux.

Après, je sais que tout le monde va dire qu’on peut se faire violer ou agresser partout dans le monde. Mais tout est une question de probabilités. J’ai voyagé dans plus de 60 pays dans ma vie, mais je n’ai failli me faire violer qu’une seule fois, et c’était au Venezuela. Ce n’est pas une coïncidence. Il est évident qu’on peut se faire voler, violer et tuer au Canada mais ça a beaucoup plus de chances de vous arriver en Afrique du Sud ou au Venezuela… et ce ne sont que des exemples, mais les chiffres et les statistiques sont là pour le prouver.

 

voyage-venezuela-tepuis-gran-sabana

Les tepuis – La Gran Sabana

Bref, j’espère vraiment que les conditions au Venezuela vont s’améliorer, notamment les problèmes économiques et qu’on va pouvoir visiter le pays plus tranquillement, même si ce n’est clairement pas un pays tourné vers le tourisme. Les paysages du Sud, comme la Gran Sabana, sont extraordinaires et faire le trek du Roraima est sans aucun doute ma meilleure expérience du Venezuela. D’ailleurs vous pouvez faire ce trek en arrivant et en repartant du Brésil par voie terrestre, sans passer par Caracas ni traverser le pays comme je l’ai fait moi. En espérant que ces informations puissent juste éclairer un peu les voyageurs qui pensent s’aventurer au Venezuela. Si vous avez des informations supplémentaires pour les lecteurs, n’hésitez pas à les mettre en commentaires.

Par Emilyz



Voyageuse cinéphile et réalisatrice, Emily parcourt le monde et partage ses voyages à travers des documentaires, des photos et des articles sur son blog.
Rejoignez-la sur son profil Google+
Visiter Londres sur les traces de Paddington
Voyager au Venezuela, budget et conseils pratiques
Voyageuse cinéphile et réalisatrice, Emily parcourt le monde et partage ses voyages à travers des documentaires, des photos et des articles sur son blog. Rejoignez-la sur son profil Google+

33 Commentaires

  • Ton témoignage se coupe complètement avec celui d’un couple d’amis ayant traversé le pays. Ils m’ont bien parlé d’une insécurité permanente, et l’impossibilité de se promener de nuit sans être accompagnés par des locaux… Ils ont été rackettés par un flic, qui leur a pris quelques dollars, ils s’en sont bien sortis en prétendant n’avoir que 5$ sur eux…

    Du coup, ils ont préféré profiter du pays en dehors des grandes villes avec un ami guide.

    J’étais tentée par les grands espaces du Vénézuela mais… Je crois que le pays s’ajoute à la liste des « à faire plus tard ».
    Gégé Articles récents…9 idées de cadeaux de Noël pour un voyageur photographeMy Profile


  • Je lis avec étonnement ton témoignage ! Heureusement qu’il ne t’ai rien arrivé !

    Nous étions au Venezuela il y a maintenant 2 ans et pour nous c’est le meilleur voyage jamais réalisé ! Nous avons adoré nos 20 jours au Venezuela, par contre nous n’avons pas passé une seule heure à Caracas, juste en y arrivant !

    Nous avons prit des bus pendant 20h et jamais aucun soucis, ou insécurité ! Hormis à Caracas pour nous.
    Comme quoi cela dépend vraiment des expériences.

    Par contre nous avons fait du change à l’aéroport (une grosse somme d’argent) et c’est le douanier qui nous a échangé le tout au meilleur taux…
    J’étais sur le cul quand j’ai vu que c’était lui qui nous a fait le change !
    Manu @ VoyageAvecNous Articles récents…Malte c’est beau, Gozo c’est encore plus beauMy Profile


    • Ah oui tiens, moi ça ne m’étonne pas du tout que le douanier vous ait fait du change à l’aéroport. D’ailleurs, j’ai écrit tout un article sur les histoires d’argent et de change: http://travelandfilm.com/voyager-au-venezuela-budget-et-conseils-pratiques/.
      Et en effet, les expériences sont tout à fait différentes et le fait que vous soyiez 2 pendant 20 jours au Venezuela sans passer par Caracas (si j’ai bien compris) fait déjà une grosse différence avec être toute seule pendant 40 jours dont 8 à Caracas. Ceci dit, je ne regrette rien, j’ai beaucoup appris et Caracas est l’endroit où j’ai rencontré les locaux les plus intéressants et appris le plus sur le pays.
      Emilyz Articles récents…Voyager au Venezuela, budget et conseils pratiquesMy Profile


  • C’est super intéressant, et je me pose une question: est-ce que cette insécurité qu’on ressent dans ton expérience ne t’a pas gâché un peu le séjour? Être toujours sur ses gardes, ça ne doit pa sêtre simple…et est-ce qu’au bout de plusieurs semaines tu ne t’y habitue pas, finalement? (n’étant pas un grand voyageur, je me demande, peut-être que ça reste pour habituel).


    • Oui, c’est clair, qu’on ne profite pas du voyage pareil et qu’on ne s’éclate pas quand on est toujours sur ses gardes. Je déconseille vivement ce genre de pays si on est juste en vacances. D’autant plus, que c’est quand même moins sympa quand on peut jamais sortir dès qu’il faiut nuit. Ceci dit, on est prévenus et oui, on s’y fait un peu, notamment au bout de quelques jours dans un endroit.Quand je suis arrivée à Caracas, c’était un peu le stress, puis on s’y fait un peu, tout en restant sur ses gardes, mais être sur ses gardes devient naturel.
      Emilyz Articles récents…Voyager au Venezuela, budget et conseils pratiquesMy Profile


  • AnnaJo Janisz

    Répondre

    Merci Emily pour cet article que j’ai lu avec grand intérêt – et que vais partager via l’Oiseau bleu et Goog+. Heureusement que tu sois sortie indemne de ta mésaventure! On m’a souvent répété que j’avais eu, pendant mes voyages et suite à pas mal d’expériences qui auraient pu tourner mal, « plus de chance que de bon sens ». Parfois on fait confiance et….

    Le Couchsurfing je pratique aussi, dès que je peux, mais je me suis aperçue (en tout cas en Amérique centrale, un peu moins au Sud parce que moins fait), qu’il n’était pas très actif; et que si on me proposait un gîte, on me demandait souvent une « rémunération » en nature…. Bref sans moi. Même s’il ne faut pas généraliser, et que j’adore ce moyen d’hébergement par lequel j’ai pu rencontrer énormément de personnes exceptionnelles.

    Merci beaucoup pour toutes ces infos. Et… « Travel safe », surtout 😉
    AnnaJo Janisz Articles récents…Promenade à YangonMy Profile


  • Amélie - Ma Maison sur le Dos

    Répondre

    J’ai passé moi aussi un mois au Venezuela et je n’ai pas vraiment le même ressenti que toi.

    C’est vrai que la police est corrompue jusqu’à la moelle, c’est vrai qu’il est fortement déconseillé d’y aller en tant que touriste à cause du manque de sécurité, mais quand tu dis que les vénézuéliens sont méfiants les uns envers les autres, je ne suis pas d’accord avec toi!

    J’ai été hébergée par des familles d’amis, des gens que je ne connaissais pas du tout qui venait me chercher en voiture à l’aéroport pour m’amener chez eux et m’héberger. Ils auraient pu se méfier de moi comme tu dis, et pourtant ils m’ont super bien accueillie. Ces personnes prenaient même des jours de congés pour me faire visiter leur ville. Parce que oui il y a des gros problèmes de sécurité au Venezuela! Mais du coup, les gens font face comme ils peuvent et l’entraide et le troc n’ont jamais aussi bien marché là-bas! Si tu ne connais personne au Venezuela, il est très dur de survivre. Les liens entre les gens sont la plus grande richesse des habitants. Et ces personnes qui m’ont hébergé n’étaient pas forcément riches, bien au contraire! Par contre, ils étaient tellement généreux et chaleureux que ça me mettait presque mal à l’aise.

    Tu as bien décris la situation économique du pays dans ton interview radio. C’est un pays riche, mais clairement la population crève la dalle. Il n’y a pas d’emploi, pas de sécurité, les étales des supermarchés sont vides alors le tourisme est le dernier de leur soucis… Ce n’est pas un pays touristique parce que c’est un pays en crise!

    Encore plus depuis février dernier et les manifestations contre le gouvernement. Caracas était bien le dernier endroit au monde où aller à ce moment-là! Des innocents se faisaient tuer dans la rue par des groupes proches du gouvernement…

    Je comprends ton ressenti, surtout suite à cette rencontre avec ce jeune homme qui aurait pu mal tourner. Mais avant de partir là-bas, j’ai bien discuté avec mes amis vénézuéliens et écouter leurs conseils. L’objectif étant de me fonder dans la masse: pas de sac sur moi, de papiers d’identité, j’ai limité mon temps au maximum à Caracas qui est super dangereuse et éviter la cote est du pays qui a mauvaise réputation aussi. Je ne suis jamais sortie toute seule, alors c’est sûr que c’est pas pratique en tant que touriste. Mais encore une fois, le pays a d’autres priorités…

    Moi je me suis retrouvée après 18h dehors dans un petit village à danser avec tout le monde, l’ambiance était géniale. J’ai fait la fête et rencontré des personnes extraordinaires pendant mon voyage. J’ai peut-être eu de la chance, je ne recommande pas d’aller visiter le Venezuela non plus, et pourtant ça a été l’un de mes meilleurs voyages!

    En espérant que le pays trouve une solution à ses (nombreux) problèmes!
    Amélie – Ma Maison sur le Dos Articles récents…Un Noël au VenezuelaMy Profile


    • Et bien tu dis que tu n’as pas le même ressenti alors que tu dis la même chose que moi presque et tu as eu beaucoup d’expériences similaires. D’ailleurs, lis mon article sur la suite: http://travelandfilm.com/voyager-au-venezuela-budget-et-conseils-pratiques/.
      Et moi aussi, j’ai été très bien accueillie par des locaux, d’ailleurs les Venezueliens ne se méfient pas des touristes, mais des autres et nous disent bien de faire très attention. Comme tu le dis, si tu ne connais personne, c’est embêtant. Cela prouve bien qu’ils ne font pas confiance à n’importe quel inconnu. L’entraide, heureusement, c’est normal vu les pénuries, etc. Quant aux règles de sécurité, je connais bien, j’ai fait comme toi, rien sur moi, etc. Merci pour le partage de ton expérience et j’espère aussi que le Venezuela va s’améliorer.
      Emilyz Articles récents…Voyager au Venezuela, budget et conseils pratiquesMy Profile


      • Amélie - Ma Maison sur le Dos

        Répondre

        Oui je l’ai lu 🙂
        Je trouve justement que le niveau d’entraide est incroyable et que les gens sont extrêmement chaleureux au Venezuela!

        Oui effectivement nos avis se rejoignent. J’avais mal interprété ton « les vénézuéliens se méfient de tout le monde »…
        Amélie – Ma Maison sur le Dos Articles récents…Un Noël au VenezuelaMy Profile


  • Merci pour ton témoignage Emily, et tu as été très maline, bravo de t’en être sorti. J’étais curieuse de ce pays car j’avais croisé quelques voyageurs qui y étaient passé en Colombie, mais je suis contente de ne pas y avoir été pour l’instant.
    Lucie A. Articles récents…De Kobe à Shanghai en ferryMy Profile


    • Merci. Et d’ailleurs merci pour le contact que tu m’avais donné, cette fille avec qui j’ai beaucoup communiqué sur facebook et qui m’a bien conseillé. D’ailleurs, elle s’est tout fait voler avec son copain jusqu’aux passeports. La dernière fois qu’elle m’a écrit, elle était retournée à Caracas pour se faire des passeports temporaires d’urgence et pouvoir retourner en Colombie.
      Emilyz Articles récents…Top 10 most beautiful lakes in the Canadian RockiesMy Profile


  • Je trouve ça vraiment honnête et intelligent de ta part cet article. On lis trop souvent les conseils inverses, il ne faut avoir peur de rien, tout est une question de bon sens etc… Alors clairement Paris est une ville insécure, mais tout de même, faut pas déconner non plus.
    Je suis en ce moment face à un dilemme, je sais que je vais aller en Colombie, j’y ai des amis etc… mais j’hésite par rapport au Mexique en solo. Ce pays a plus la côte que la Colombie, mais il me semble à moi bien plus dangereux… Je fouillerai dans ta rubrique Mexique voir ce que tu en penses !
    Et bravo pour ta présence d’esprit face à ce mec.
    Aude Articles récents…Deux filles en road trip au QuébecMy Profile


    • Merci beaucoup pour ton commentaire. Et oui, la plupart des gens qui conseillent de voyager en solo en Amérique du Sud n’ont jamais mis les pieds au Venezuela, c’est pour cela que ça me semblait important d’en parler. Bien sûr, le bon sens est important, mais là-bas, ça ne suffit pas. Quant au Mexique, tu peux aller voir mes articles mais je ne parle jamais de sécurité, car je n’ai jamais ressenti de problèmes là-bas, je m’y suis sentie très bien et je ne pense pas que ce soit plus dangereux qu’en Colombie du tout. Je ne suis restée qu’une semaine en Colombie (beaucoup trop court, faut que j’y retourne et c’était y’a 5 ans) et je suis restée 2 mois au Mexique il y a 2 ans, aucun problème, à part vol d’appreil photo et argent par un pickpocket dans mon sac en boite. À savoir aussi que je n’ai visité que le Sud: péninsule du Yucatan et Chiapas, le Nord est parait-il beaucoup plus dangereux, mais je n’ai pas expérimenté.
      Emilyz Articles récents…Offrir des livres pour Noël sur les thèmes « voyages et cinéma »My Profile


  • Salut et merci pour cet article qui me déculpabilise un peu. Récemment, suite à une étape très dur dans ma vie personnelle j’ai été amené à travailler sur moi. Mais en me penchant sur les méandres psychologiques de mon cerveau, ma mémoire a reflué d’un seul coup.
    Je me suis rappelé le pont de l’autopista sous lequel passe l’avenue bellas artes dans le quartier los Chaguaramos. le long du canal, au pied du pont il a quelques barrios. Le deuxieme soir que nous étions au Venezuela, avec mon amie nous avions été invité dans les barrios de furte tiuna pour un concert puis on avait été boire un verre et faire quelques pas de danse au calejon de la puñalada dans le centre et nous étions rentrées en métro avec une américaine. il était 22h. Tout c’était bien passé jusque là. nous avions dormi dans le barrio de manicomio chez des amis d’amis, nous avions changer nos dollars dans un drole d’endroit où les liasses de billets étaient cachés dans des faux barils de lessives gardés par une grosse femme suintante répondant au nom de El Chocolate. Mais a part que nos sacs avaient été perdus en route, nous étions plutot contentes et rassurées. Sentiment de courte durée…alors que nous allions tourner au coin de la calle razzetti sur l’avenidad de las ciencias, j’ai vu 2 hommes que j’avais déjà aperçut dans les bidon villes sous le pont. Ils nous fonçaient dessus. les quelques piétons dans la rue ont haté le pas et detourné le regard jusqu’a nous laisser complètement seules et paniquées. L’un a sorti un revolver, l’autre un couteau. celui au couteau devait avoir 12 ans. l’autre était plutôt famélique. il avait la trentaine. il a tenu le revolver braqué a quelques centimetres de ma poitrine. alors j’ai vidé mon sac, je lui ait tout donné. Je lui disait « prend tout, mais laisse moi mon passeport et mes numeros de telephone ». Là un flic tout seul a débarqué. Le gamin s’est enfui avec notre argent. Le policier à désarmé le plus agé, lui mis un autre revolver sur le front et lui a demandé de retirer ses chaussures, puis ses chaussettes, son t shirt, son shirt, en lui demandant s’il avait pris quelques choses. Le « pauvre » était nu, a genoux, les mains sur la tête et juraient qui’il n’avait rien pris… Le flic a fini par le laisser partir en le menaçant une derniere fois avec le revolver. il a ramassé toutes ces affaires et les a etrangement jeté dans la cour d’une maison voisine…Là une voiture à débarqué en trombe. ses pneus ont crissés sur l’asphalte. dedans il y a avit un gros et une blonde qui nous a jurée etre flic et qu’elle allait nous ramener a l’auberge qui était à 100m j’ai accepté car je ne voulais plus marcher dans cette rue. Je m’en suis remis à la providence en esperant que ça n’était pas un traquenard. nous sommes rentrés à l’auberge. et j’avais l’impression étrange d’être surexcitée. Mi héroine, mi victime. Coupable en tout cas de me pas avoir été prudente. Mais personne ne nous avait prévenues… Pourtant tout le monde au bar savait qu’on rentrait en métro… Après il a fallu rester un moment a caracas, le temps de retrouver nos sacs…qui se sont promenés 5 jours dans une fourgonette de la TAP (Take Another Plane). Il a fallu retrourner à l’aéroport, passer 4 barrages de militaires en faction en courrant et a contre sens dans le terminal, se voir brandir une mitraillette sous le nez par le dernier militaire, pleurer, supplier, négocier…repartir avec 100 pauvres dollars au taux de change officiel. 100 dollars qui ne remboursait même pas les pertes de l’agression. Il nous a fallu revendre des médicaments anti palludisme a des touristes allemands en surveillant le cours du dollar officieux officiel (oui oui…) sur le site de légume « la lechuga verde » (encore oui oui…ce pays est fou…)
    Apres on a filé du coté de Choroni. Entre les rodeurs qui te suivent et te tournent autour en moto, une femme surement entrain de se faire violer sous nos oreille sur la plage de Chuao, les évangelistes disant qu’elle l’avait mérité, entre un type bizard qui se prétendait divinité de la percussion et qui, probablement sous drogue nous a conduit, sous la menace dans une jungle un soir de pleine lune apres avoir été photographié en notre compagnie par des centaines de badauds venus le voir jouer du tambour….entre la danse qu’il a fait sous un rayon de lune en hurlant « luna llena, luna llena » et le rire demoniaque que lui inspirait ma peur, entre l’hébétude presque dévote dans laquelle mon amie est tombée sous le charme de ses muscles nus et luisants, puis sa disparition nocturne, les coups de feu tirés toute la nuit…entre un chauffeur de bus qui m’abandonne dans la jungle de Maracay pendant que je fais pipi, un bus qui traverse un incendie…des flemmes qui lechent les parois du bus… des militaire tenant en joue des malhereux agenouillés avec des mitraillettes au bord d’une route, des motards cagoulés armés de poignards défilant sous nos yeux…Une plage (La Guaira a l’est de Caracas) interdite à la baignade, bordée d’immenses palmiers décharnés, jonchés de déchets, et perturbés par le bruit incessants des mobylettes conduites par des jeunes hommes masqués en arme, entre les barages de militaires au milieu de la nuit sur les routes entre Merida et Coro qui laissent craindre une attaque de bandits déguisés en policiers (oui oui, ça arrive)…entre tout cela, je dois dire que oui, le Venezuela est un pays fou. Securité routiere, maladie, violence…tout y est. Je ne suis pas journaliste (je ne l’étais pas encore tout du moins), je n’avais pas visité tous les pays d’amerique du sud…mais j’étais jeune et pauvre et le billet était le moins cher du continent. comme c’est étrange!
    bref, ce voyage sordide a heureusement été émaillée de recontres incroyables et de moments merveilleux, de paysages sublimes et de souvenirs indispensables.
    Cependant, la réminiscence de l’attaque a été très douloureuse. alors que mon conscient bloquait la porte des émotions et me faisait resentir une sorte de fierté d’être si téméraire, la réalité inconsciente était tout autre. Et le retour de bâton, 3 ans après mon voyage a été très violent. Angoisses, sensations de morts imminente, d’irréalité, crise de panique, tachycardie. J’étais sure que j’allais mourir sur le champs.peu à peu les sequelles se sont estompées mais je garde des marques indélébiles : la méfiance, la peur, le sentiment d’insécurité. Et quand ces sentiments rentrent dans notre coeur, la vie parait de suite moins enivrante…
    Je me suis souvent sentie coupable d’avoir si mal vécue cet évenement. Mon amie l’a semble-t-il beaucoup mieux accueuilli. Ceci dit elle m’a dit qu’elle a avait juste vu le couteau…ce qui change beaucoup de chose je pense.
    Bref, j’ai aussi voyagé pas mal voyagé, dans une quinzaine de pays environ dont Cuba et le Brésil, et c’est le seul endroit où je me suis sentie en insécurité permanente. aujourd’hui je ne peux plus faire de camping sauvage en France, ni marcher seule le soir dans des rues peu fréquentées, j’ai peur de voyager à l’étranger…bref, oui le Venezuela je le déconseille sauf avec de la famille venezuelienne et en respectant strictement toutes les consignes données, en observant une prudence à toute épreuve!
    merci en tout cas pour ton article!


  • Ophélie

    Répondre

    Bonjour Emily,

    Merci pour ton retour d’expérience avec lequel je découvre ton blog.
    Le Venezuela m’attire énormément (et les tepuis en particulier) et je voulais des retours sur la sécurité là-bas. Ton article rejoint d’autres témoignages, et ne parlant pas espagnol et désirant repartir seule cette fois-ci, je vais éviter le Venezuela pour l’instant ou réfléchir à l’option qui consiste à venir par le Brésil.
    Je vais maintenant découvrir tes vidéos avec impatience!


    • Bonjour Ophélie, merci pour ton commentaire. En effet, c’est sans doute mieux d’éviter le Venezuela pour l’instant surtout si tu pars seule. Cela dit, si tu es passionnée par les tepuis, passer par le Brésil est une très bonne idée et plutôt sûr, notamment pour faire le trek du Roraima, c’est une expérience incroyable, voici mon article au cas où tu ne l’as pas encore lu: http://travelandfilm.com/faire-le-trek-du-roraima-au-venezuela/


  • Michel de Giuli

    Répondre

    Bonjour à tous,, et surtout à toutes… Je connais un peu le Venezuela… Je suis tombé amoureux de ce pays. Je ne suis plus tout jeune,,, mais un vie « indépendante » me caractérise. Aussi, à 60 ans,, après mon divorce,, Je me suis mis à apprendre l’espagnol… pour visiter ce si beaux pays… Je travaillais toujours donc la seule solution pour moi étais d’y aller pendant la période de mes vacances,, en août et en décembre… une fois les connaissances de « basses » acquises… je rencontrer via les raiseaux sociaux une charmante personne…. de Valence Estado de Carabobo,, avec des amitiés à Caracas, même… el Hatillo… et dans d’autres villes essentiellement situées à l’Occident,, ( l’ouest)… chaque année j’y suis retourné depuis 2010 jusqu’à 2013,, en tout je pense en cinq fois, … j’ai mil et une anecdotes,,, Je me suis vite adapter au mode de vie du Vénezolanos,,,, un peu moins vers la fin … avec beaucoup de peine pour trouver de la nourriture,,,, ce qui en fait m’a fait abandonner l’option de retourner après les événements de février 2013… ( j’étais à Caracas le 11 février, et le 12 c’était le chaos) À. Valencia, montage de barricades et échauffourée quasi chaque fois que nous croissions une patrouille de la Guarda Nationale. Impossible de prendre la voiture,
    ( j’ai conduit tous les jours au Venezuela avec la voiture de mon amie, Renault Symbol,, ( fabriquée à Medellín Colombia) j’ai fait partie de toutes les « marches » à Valencia » et chaque fois qu’il y eut des morts ( des mortes, pour la plupart ) j’étais très proche… Cela m’arrivais de sortir seul. ( en plein jour pour aller chercher du pain… ) Je vous assure que je rasais les murs, et pas de montre, pas de téléphone portable, peu de monnaie dans les poches… le juste nécessaire,, Je n’avais pas peur,, seulement sur le qui vive perpétuel… Même pour te voler 100 bs,, un  » motorisado » peut te tuer… De tous mes amis et même les amis de mes amis,, je ne connais personne qui un jour ou un autre ne c’est pas retrouver avec un pistolet sur la tempe, Tous quasi tous ont eu cette  » expérience » Gracias à Dios, comme disent tous les sud Amériacains je n’ai pas connu cela, Mais je pense quelques fois cela aurait pu m’arriver… Ah une précision,, je n’avais pas de téléphone portable mais toujours mon appareil photo,, caméra,, j’ai quelques vidéos marchant seul dans les avenues désertes,, où seul les motos pouvaient passer… Mil anecdotes, Mais le souvenir de paysages SOMPTUEUX… Je retournerai au Venezuela,,, Mon amie vit au Costa Rica… un paradis,,,, mais attention cela reste un pays « latino » je m’installerai certainement là bas… une fois mes affaires réglées ici,,,,,,,,,,,, A bientôt,,, Si vous avez des questions,, n’hésitez pas…


    • Merci baucoup de partager ce retour d’expérience avec les lecteurs. Et merci pour ce commentaire sincère qui enrichit beaucoup mon article sans aucun doute.


  • julie

    Répondre

    Bonjour,
    Je n’ai jamais voyagé seule mais plusieurs fois à deux en Australie, au Burkina Faso, au Chili, au Pérou et en Bolivie. Cette fois je pars seule dans deux semaines: mes destinations: le venezuela, la colombie et l’équateur. J’ai vraiment très envie de partir au Vénézuela ce pays me passionne, de par son histoire politique notamment. J’avoue que je n’ai pas encore vraiment préparer mon voyage qui s’est décidé précipitamment (mais je commence par 15 jours de bateau sur l’Amazone donc j’aurai le temps). Dans ton article tu déconseilles de partir « maintenant » au Vénezuela mais je n’arrive pas à trouver la date à laquelle tu l’as écrit. Nous sommes aujourd’hui en mars 2016, connais tu un peu la situation du pays aujourd’hui?
    As tu pratiqué le coach surfing au venezuela? Peut être que c’est une bonne option quand on voyage seule dans un pays un peu craignos, histoire d’être accompagnée de locaux plus souvent!
    J’aimerais aussi des conseils sur les choses à éviter absolument et à faire absolument!

    Merci et bon prochain voyage!


    • Bonjour,
      mon article date de décembre 2014 (la date est en haut sous le titre) mais j’étais au Venezuela en avril 2014. Et comme je le disais je ne recommenderai pas d’aller là-bas, car la situation ne s’est pas vraiment améliorée. Quand j’y étais, il y avait des révoltes contre le gouvernement mais ce n’était pas ça le plus dangereux. Les problèmes d’insécurité sont très très présent depuis plusieurs années au Venezuela. Et mis à part le Sud, la Gran Sabana et faire le trek du Roraima (http://travelandfilm.com/faire-le-trek-du-roraima-au-venezuela/) en arrivant par le Brésil, je ne conseillerai pas de voyager au Venezuela. Le couchsurfing, c’est bien pour contacter des locaux, mais fais quand même gaffe, il peut y avoir des gens malintentionnés sur couchsurfing aussi, analyse bien les profils, regarde dans quel coin ils habitent etc. Bon voyage et fais bien attention à toi.


  • Article très intéressant… et très triste aussi. Mon copain est vénézuélien mais ayant également la nationalité italienne grâce à ses origines, il a pu quitter son pays il y a presque 7 ans pour finir ses études et commencer à travailler à Rome, puis en France. Quelle tristesse quand il me raconte les raisons qui l’ont poussé à fuir ce pays qu’il aime tant (ses parents se sont fait agresser à la mitraillette sur une autoroute, lui-même a été drogué et volé un soir en discothèque, son père menacé de mort et viré de son travail pour avoir participé à une manifestation, etc.). Quelle tristesse quand il me montre les messages que s’échangent sur WhatsApp ses amis restés là-bas (« les gars, courez au supermarché, il y a encore quelques bouteilles de lait ! »). Ce qui me bouleverse le plus c’est le contraste entre cette réalité terrible qu’il me raconte et que tu décris ici, et la gentillesse inouïe de tous les Vénézuéliens que j’ai pu rencontrer grâce à lui, tellement généreux, tellement ouverts, cherchant toujours à tourner à la dérision les drames qu’ils ont vécus (car tous ceux qui sont maintenant en Europe ont des histoires terribles derrière eux, qui les ont poussés à partir : agression, assassinat d’un proche, perte d’emploi à cause de la corruption, etc.). Contraste également entre l’insécurité et l’incroyable beauté des paysages qu’il a pu me montrer en photos et vidéos… Espérons bien que ce beau pays sorte un jour de cette crise, je rêve pour ma part de le visiter quand les choses iront mieux…


    • Oui c’est bien triste malheureusement. Merci beaucoup pour ton témoignage. J’espère aussi que ça va aller mieux bientôt.


  • BIGAUD

    Répondre

    Je comptais aller avec des amis à l’ile de Margarita donc passage obligé à l’aéroport de CARACAS
    et petit avion qui emmène sur l’ile
    Pouvez vous me dire si cette insécurité se recent également sur ces petites iles au large du continent VENEZULA
    Merci pour votre réponse


  • Denis

    Répondre

    Bonjour,
    Il y a plus de 20 ans, j’étais arrivé en Martinique. Attiré par le Vénézuela, j’y suis allé 2 fois. La première fois, seul. Arrivé de nuit à l’aéroport de Caracas, je sympathise avec deux touristes belges et nous décidons de partir ensemble chercher un hotel. Aucun de nous ne parle espagnol. On prend un taxi, on lui ecrit l’adresse d’un hotel pas cher trouvé dans un guide. On est déposé. Manque de bol, complet, le taxi est parti, l’hotelier nous donne les indications pour aller à un autre hotel, pas loin, à pied. Pendant cette petite promenade, mes deux nouveaux compagnons belges m’aparaissent assez étranges, l’un ressemblant à Obelix et l’autre à Asterix (pour les tailles, les moustaches et le caractére) et ils sont homos avec des effusions en public. Je suis un peu perplexe. En marchant, on croise plusieurs groupes de jeunes avec desbatons dans les mains, mais déterminés et souriants, nous arrivons à l’hotel sans encombre. .Tres tres mefiant, l’hotelier nous a ouvert son hotel tres tres barriccadé. Je prends ma propre chambre. Première nuit à Caracas. Le lendemain, je leur propose d’aller à Puerto Ayacucho, il y a un vol dans la matinée et nous partons ainsi pour l’Amazonie. On séjourne là bas 3 nuits. On cherche à descendre l’Orénoque. Je sympathise avec un jeune français qui vient d’arriver aussi à Puerto Ayacucho. Ils sont un groupe de 4 bien cosmopolites, lui normal, un autre gars qu’il me dit être bien riche et qui paye tout, et deux autres qu’il trouve de plus en plus louches. Venus de France, sans trop se connaitre, ils montent une expédition pour descendre l’Orénoque : location de pirogues, achat de vivres, d’armes…Le gars me propose de venir avec eux mais il a peur aussi, car tensions de plus en plus vives dans leur petit groupe. Ouais bon, cela ne me donne pas trop envie. Je me fais un petit saut en bateau de l’autre coté du fleuve, histoire d’avoir le tampon Colombie sur mon passeport. Tous les policiers et douaniers que j’ai croisés au Venezuela ont toujours été super sympas ! Finalement avec Asterix et Obelix, on descend l’Orenoque avec un guide et son fils. Bonne expedition, aucun probleme, ds contacts avec ds indiens, la nuit nous dormions dans les hamacs des villages. Enfants indiens tres joueurs. Tres tres sympathique. Mais le guide avait toujours un pistolet à la ceinture et le soir, il dormait dans son hamac avec la carabine. Retour à Caracas. Je dėcide de monter en haut de la colline où il y a un joli point de vue de la ville, il y a je crois un funiculaire pour monter mais je prefere y aller à pied. J’ai un grand sac de sport contrefaçon Adidas que je viens d’acheter, une bouteille d’eau et un enorme guide du Venezuela dans le sac. Je monte donc et au fur et à mesure, je m’apercois que c’est de plus en plus favelas. Mais bon dans la rue principale, il y a du monde. Des jeunes me regardent de plus en plus, je continue à monter. Des jeunes s’approchent de moi, je me dis, ils ne vont pas oser. Si, bing, croche pattes, pousser par terre, mains un peu ecorchées, je lutte un petit peu pour proteger mon sac, ils me l’arrachent, partent en courant, je crie un peu, mais surpris, les passants rigolent ! Comme je ne comprends pas l’espagnol, je souris aussi, me releve tres rapidement et descend en courant avant que mes jeunes voleurs ne decouvrent qu’il n’y avait vraiment pas grand chose dans ce sac.


    • Bonjour Denis et merci beaucoup pour ton retour d’expérience. Tu as eu finalement pas mal de chance dans toutes tes aventures au Venezuela! Pour avoir un beau point de vue à Caracas, le mieux c’est de monter dans le parc national El Avila, moi j’ai trouvé ça plutôt sûr (même si 2 touristes allemands en vélo y ont été tués le même jour) et j’avais mon appareil photos dans mon sac et je l’ai sorti plusieurs fois, et je suis toujours restée sur le chemin principal.


  • Je vis au Brésil et, bien sûr, mon pays n’est pas la meilleure option pour voyager, surtout Rio de Janeiro, évitez! Avec la grande crise au Venezuela, des milliers de réfugiés sont très tristes parce qu’ils sont habiles dans la vie qu’ils n’ont rien d’autre et qu’ils vivent dans la rue. Je voulais visiter Salto Ángel au Venezuela, mais avec cette situation, j’ai décidé d’annuler.


    • Éviter Rio? Surtout pas, c’est ma ville préférée. J’Adore Rio et c’est quand même beaucoup moins dangeureux que le Venezuela même s’il faut faire très attention bien sûr.


      • Je suis d’accord sur ce point 🙂 Je vis à São Paulo. Je le dis parce que je le vois dans les journaux ici. La ville est merveilleuse, le problème n’est que la violence.


  • Rodrigue

    Répondre

    Super petit document Emilie. Je reviens de 23 jours au Venezuela et je retrouve les mêmes impressions que toi ou presque. Les Vénézueliens sont pour la plupart des gens très aidants et ce pays est incroyablement attachant. Il y a en 2017 des supermarchés mieux remplis mais devant les banques et les boulangeries, les gens continuent à attendre sous le soleil. La patience, sport national des Vénézueliens! En 2017, le taux de change est de 16000 Bs pour 1 usd. Les prix ont durement augmentés depuis ta venue mais les prix sont cadeaux, c’est pourquoi j’ai tjrs laissé des marges confortables à mes changeurs. Précision importante: j’ai changé des dollars à l’aéroport avec des gens qui y travaillent mais 10 minutes après, j’avais les menottes aux poignets! J’ai ensuite compris que les changeurs et les policiers étaient complices quand j’ai vu entre eux des échanges de sacs d’argent!! J’ai du payer un pot de vin pour me faire rendre mon passeport. Après 10h d’avion, crevé, on a rêvé d’un meilleur accueil! Fuyez les policiers, des enflures de 1ere dont l’impunité est garantie par le président Maduro, qui en échange met la population au pas! Mon conseil si vous voulez allez au Venezuela mais que vous êtes peureux: évitez les plages à touristes (margarita, mochima et autres) et privilégiez le sud-est, dans la savane, pas de voyous!


  • Arnaud

    Répondre

    Salut,
    J’ai passé environ 4 mois étalés entre 2002, 2004, 2005 et 2007 au Venezuela et, à l’époque, j’avais zappé Santa Fe car on m’avait dit que c’était un coupe-gorge.
    Sinon, on s’est effectivement fait voler de l’argent par des policiers à Caracas…plaqués et fouillés avec armes contre la camionnette de police pour nous impressionner pendant qu’un policier vidait nos portefeuille dans leur véhicule. Mais bon, je n’ai pas peur non plus, la relation avec les gens et les attraits touristiques variés du pays m’ont rendu accro à ce pays. Par contre, je repousse à chaque fois mon retour. Depuis la mort de Chavez, le pays ressemble de plus en plus à un ball-trap.
    Pour Rio, je m’y suis fait branché par des mecs qui m’ont volé mes lunettes de soleil…des jeunes qui sortaient d’un centre social. Leur tuteur de 2m12 et large comme une armoire est sorti, a crié et ils m’ont ramené les lunettes…comme quoi, ça peut arriver partout. Le truc dans ces pays est de ne pas rester trop longtemps dans un même endroit. On est vite repéré.


    • Salut,
      merci pour ton témoignage. « Cela peut arriver partout » je ne suis pas d’accord, se faire plaquer et voler son argent par les flics est quand même quelque chose spécifique au Vénézuela. Rio, bien que beaucoup moins dangereuse que le Venezuela, est une ville qui craint pas mal aussi avec beaucoup d’insécurité. Malheureusement l’insécurité est beaucoup plus présente en Amérique latine qu’en Asie et c’est bien dommage que ce soit comme ça. En tout cas, je te conseille vraiment d’attendre avant de retourner au Venezuela, c’est vraiment dangeureux maintenant. J’espère que ça va s’arranger mais c’est pas pour tout de suite à mon avis.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Comments links could be nofollow free.