Article Précédent

Visiter le Machu Picchu une des 7 merveilles du monde

Article suivant

Résiste et sors à Paris

cannes-2015-montee-des-marches

Cette année, le festival de Cannes a présenté trois films italiens plutôt très bons ou bizarre. Les trois réalisateurs sont des habitués du festival de Cannes : Nanni Morreti, Paolo Sorrentino et Matteo Garrone. Tous les trois en compétition officielle, ils n’ont malheureusement reçu aucun prix. J’ai absolument adoré Youth et je l’aurais même vu Palme d’Or ou peut-être grand prix car Dheepan de Jacques Audiard mérite sans aucun doute la récompense suprême. Alors voici mon avis sur ce bon cru italien 2015.



 

YOUTH

Film de Paolo Sorrentino. Avec Michael Caine, Harvey Keitel, Rachel Weisz. Sortie en France : 9 septembre 2015.

youth-affiche

Fred et Mick sont deux vieux amis qui reviennent sur leur passé : Michael Caine interprète un chef d’orchestre retraité célèbre et Harvey Keitel un réalisateur en train d’écrire son prochain film. Les deux reviennent sur leur passé dans un hôtel de luxe dans les montagnes. Bref, le titre ne reflète pas vraiment l’âge des personnages puisqu’on a plutôt affaire à des personnes du troisième âge mais qui reviennent sur leur jeunesse avec humour.

youth-© Gianni Fiorito

Harvey Keitel et Michael Caine dans « Youth » © Gianni Fiorito

Paolo Sorrentino réalise un film superbe esthétiquement comme il sait si bien faire. Des plans superbes au pied des Alpes comme il nous en avait montrés de Rome dans La Grande Belleza. Il avait obtenu le prix du jury pour Il Divo en 2008. Mais Youth est beau comme ses précédents films mais ne tombe jamais dans la contemplation et donc une possible lassitude, ici on ne s’ennuie pas une seconde tant les dialogues sont agréables, plein d’humour et croustillants. Les acteurs principaux sont attendrissants et géniaux, on a même le droit à une scène rentre-dedans avec Jane Fonda. Le film à voir absolument !

youth-cannes-2015-michael-caine

L’équipe du film de « Youth » à Cannes

 

MIA MADRE

Film de Nanni Moretti. Avec Margherita Buy, Nanni Moretti, John Turturro. Sortie en France : 2 décembre 2015.

mia-madre-afficheMargherita est une réalisatrice en plein crise existentielle, personnelle et professionnelle. Elle est en train de réaliser un film avec un acteur à l’égo surdimensionné qu’elle a du mal à gérer interprété par John Turturro. En même temps, elle doit gérer sa vie familiale avec notamment sa mère qui est gravement malade.

mia-madre-nanni-moretti-cannes

Nanni Moretti et son équipe à Cannes

Nanni Moretti qui aurait pu rêver d’une deuxième palme d’or après la chambre du fils en 2001, joue ici le second rôle, celui du frère parfait de la réalisatrice en questionnement, rôle qu’il confit à une femme, sans doute pour analyser de l’extérieur son propre métier. Le film est très bien ficelé, avec des moments de bonheur et de tristesse ; Nanni Moretti sait faire ressortir les émotions de manière subtile.

 

TALE OF TALES

tale-of-tales-afficheFilm de Matteo Garrone. Avec Salma Hayek, Vincent Cassel. Sortie en France : 1er juillet 2015.

Voici un conte des contes, on y trouve de tout : des rois, des reines qui se prennent pour des ogres, des monstres marins invraisemblables, bref plein de trucs bizarres. D’ailleurs, on se demande bien ce qui est vraisemblable dans cette histoire. Même si c’est bien filmé avec de bons acteurs connus, on se demande bien à quoi rime ce film sans queue ni tête. Certains ont adoré cette orgie visuelle qui n’a pas vraiment de sens, moi j’ai trouvé que c’était du gâchis cinématographique. Chacun ses goûts !

tale-of-tales-salma-hayek-© Greta De Lazzaris

Salma Hayek © Greta De Lazzaris

salma-hayek-vincent-cassel-cannes-2015

Salma Hayek et Vincent Cassel arrivant dans le théâtre Lumière à Cannes

Ce film est une libre adaptation des contes de Giambattista Basile. Matteo Garrone a déjà reçu deux grands prix à Cannes pour Gomorra, un prix mérité pour un film sur la mafia napolitaine et un autre pour Reality. Déjà je trouvais que Reality sombrait dans un univers bizarre, plus ou moins réel ; mais avec Tale of Tales, c’est le summum de l’absurdité.

Par Emilyz



Article Précédent

Visiter le Machu Picchu une des 7 merveilles du monde

Article suivant

Résiste et sors à Paris
Voyageuse cinéphile et réalisatrice, Emily parcourt le monde et partage ses voyages à travers des documentaires, des photos et des articles sur son blog. Rejoignez-la sur son profil Google+

4 Commentaires

  • Youth m’a beaucoup plu, Tale of Tales ne me tentait pas du tout et ta critique conforte l’idée que j’en avais… Quant à Mia Madre, je ne l’ai pas vu mais je garde le titre en tête !



  • je découvre ton blog, moi aussi passionné de voyages et de cinéma!
    Cette année-là je pense que Mia Madre aurait dû avoir la palme.
    C’était une année ciné moyenne, mais pas pire que 2016. Je suis content de partir quelques années l’automne qui arrive car après 12 ans à Paris à voir une centaine de nouveaux films chaque année, mon constat est que le cinéma se dégrade grandement.
    Sur http://www.vincentgaliano.com tu trouveras mes tops de chaque année, si ça t’intéresse (et mes vidéos, mais y’en a peu, je fais plus de photo).
    Je vais continuer ma visite!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Comments links could be nofollow free.