Article Précédent

Sur les traces de Bob Marley en Jamaïque

Article suivant

Les meilleurs musées de Barcelone





Marre des blockbusters américains ? Voici un vrai film d’aventure !

kon-tiki-film-afficheKon-Tiki va vous emmener sur le Pacifique, à travers l’histoire vraie de 6 hommes (et un perroquet) qui ont entrepris en 1947 un voyage hors du commun. Pour prouver les théories scientifiques de leur capitaine Thor Heyerdahl, cette équipe composée de scientifiques et de marins scandinaves ont traversé pendant 101 jours, sur une distance de 8000 kilomètre, l’océan pacifique, du Pérou à la Polynésie française. Leur moyen de transport ? Un radeau traditionnel inca, en bois de balsa !

Film réalisé par Joachim Ronning, Espen Sandberg. Sorti en en 2012.

 

L’article qui suit est un article invité. Il a été écrit par Kalagan, blogueur nomade et webmaster indépendant.

Je n’ai plus de télé depuis 2008. Je ne regarde sur mon laptop ni série, ni film… Encore moins sur mon smartphone. Je n’ai pas de tablette et ne compte pas en avoir (arrêtons de déconner, les Français ont plus d’écrans que d’enfants…).

Je vais donc au cinéma, même quand je voyage. C’est au Mexique, à la capitale, que je me suis rendu dans un Cinemex pour aller regarder un film pénard, et par la même occasion, travailler mon espagnol.

Ici au DF (Distrito Federal de México), les films sont surtout américains. Plutôt que d’aller subir un nième « Rapide et furieux… », je suis tombé un peu par hasard sur cette séance à 22h35 : mais que fait donc cet improbable film norvégien à l’affiche ? Kon-Tiki, Un Viaje Fantástico (Kon-Tiki, un voyage fantastique).

Un récit de l’histoire vraie d’une équipe de scientifique qui traversent le Pacifique. Je n’avais même pas bien compris – mon espagnol de l’époque était encore hésitant – que c’était en radeau qu’ils allaient voyager. Balsa signifie radeau, alors que bolsa signifie sac. Je m’attendais plutôt à une traversé à la Jules Verne, en montgolfière !

C’est toujours risqué d’aller au cinéma sans savoir ce qu’on va regarder. Avec le temps, et la profusion des films médiocres, je suis devenu partisan des critiques et des notations d’Allociné et d’ImDb (ou Internet Movie Database). Mais ce soir là, j’y suis allé à l’ancienne, au pifomètre

Et quelle bonne intuition !

J’ai tout simplement adoré ce film, à tel point que j’en écris un article, et suis sorti de la salle avec le smile.

Pour ceux qui n’auraient pas le courage de lire la suite de cet article, je vous propose un raccourci vidéo avec la bande annonce officielle :

 

Pourquoi ont-ils entrepris cette expédition ?

Thor-Heyerdahl

Thor Heyerdahl

Traverser le Pacifique sur des bouts de bois, c’est un pari bien risqué, convenez-en ! D’ailleurs, Thor et son équipe ont bien galéré pour trouver les financements de leur expérience scientifique.

Thor est persuadé que certaines îles de Polynésie ont été peuplées par des Péruviens. Leur expédition a donc pour but de prouver cette théorie, complètement réfutée à l’époque. Voilà ce que j’appelle des scientifiques bien déterminés. Pourquoi faire si compliqué ? Une étude en laboratoire de quelques patates douces d’Amériques latines retrouvées en Polynésie, et le tour est joué 🙂

Kon-Tiki, un radeau à l’ancienne

On ne triche pas avec les démonstrations scientifiques ! Pour corser le voyage, plutôt que d’utiliser un radeau moderne, l’équipe partira sur un radeau de l’époque, en bois de balsa. Les archéologues pensaient justement que ce type de bois n’était pas adapté aux longs voyages, mais plutôt au cabotage, c’est à dire à la navigation près des côtes. Ce serait d’ailleurs une des raisons pour lesquels les civilisations d’Amérique du Sud n’avaient pas de grands bateaux.

Mais on n’arrête pas si facilement nos chers scientifiques scandinaves (plus précisément, l’équipage est norvégien, excepté un suédois). Quelques coups de hâche et d’encordage plus tard, les voici fin prêts à embarquer.

radeau-kon-tiki

Et voici à quoi ressemble leur radeau, pour de vrai (photo prise au Kon-Tiki Museet, à Oslo)

Des rencontres inattendues dans le Pacifique

A cette époque, il y avait peu d’embarcation qui traversait cette partie du monde. Le commerce international s’est plutôt développé dans les océans atlantiques et indiens. Les routes maritimes n’y étaient donc pas encore bien définies et les espèces marines encore peu connues. Dans son journal de bord, Thor raconte leurs rencontres avec des poissons volants, des coryphènes, des bonites ou un escolier serpent, encore plus rare.

Hé, stop ! Je ne vais pas non plus vous raconter tout le film, ce ne serait pas drôle !

Je pense déjà vous avoir assez mis l’eau à la bouche. Vous vous imaginez bien qu’il y aura des grosses vagues et des requins. On est dans le Pacifique quand même.

Tout le long de la traversée, l’aventure vous tiendra également en haleine. Vous serez nez-à-nez avec la beauté de l’océan et de ses créatures, comme pour cette énorme requin-baleine.

poster-kon-tiki

crédit photo: http://www.cultjer.com/

Je vous laisse donc à vos recherches sur internet pour acheter ou télécharger le film. Si vous êtes du genre voyageur aventurier, voire pirate, vous ne serez pas déçu.

Et si vous êtes également du genre à travailler sur internet partout dans le monde (pourquoi pas sur un radeau), je vous invite à découvrir mon blog. J’y donne des conseils pour gérer ses activités en ligne, depuis où bon vous semble.

Par Kalagan



Voyageuse cinéphile et réalisatrice, Emily parcourt le monde et partage ses voyages à travers des documentaires, des photos et des articles sur son blog.
Rejoignez-la sur son profil Google+

Article Précédent

Sur les traces de Bob Marley en Jamaïque

Article suivant

Les meilleurs musées de Barcelone
Voyageuse cinéphile et réalisatrice, Emily parcourt le monde et partage ses voyages à travers des documentaires, des photos et des articles sur son blog. Rejoignez-la sur son profil Google+

Un Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Comments links could be nofollow free.