Noël à Moorea et visite de l’île
Noël à Bondi Beach, Sydney

free-derry

Vous connaissez tous cette chanson si célèbre « Sunday, Bloody Sunday » de U2, mais savez-vous bien de quoi elle parle et ce que Bono raconte dans ses paroles ?

 

L’histoire du Bloody Sunday = dimanche sanglant

droits-civils-mural-derry

Le 30 janvier 1972, à Derry en Ulster alors que les catholiques d’Irlande du Nord manifestent encore pour l’égalité avec les protestants, les parachutistes britanniques ouvrent le feu sur une foule totalement pacifique de 20 000 personnes, faisant 14 morts et autant de blessés, parmi eux beaucoup n’avaient que 17 ans. Les manifestants ne s’attendaient pas à cela ayant eu l’assurance que l’IRA ne sèmerait pas le trouble ce jour-là. Ils manifestaient pour leur droits civils, pour obtenir le droit de vote comme les protestants car à l’époque il fallait être propriétaires pour pouvoir voter, or la plupart des catholiques n’étaient pas propriétaires de leur logement. Ils luttaient aussi contre l’incarcération sans procès de personnes soupçonnées d’attentats.

mural-bloody-sunday-derry

mural du bloody sunday

colombe-de-paix-derry

La colombe de la paix dans le Bogside à Derry

Les catholiques et les protestants sont dans des quartiers bien séparés, il y a notamment le quartier catholique du Bogside (côté de la tourbière) en révolte contre les autorités de 1969 à 1972, c’est là où se trouve le célèbre monument « You are now entering Free Derry » (« Vous entrez maintenant dans Derry libre »). Ce n’est qu’en 2010 après une longue enquête que sera reconnue la totale responsabilité de l’armée britannique dans l’histoire du dimanche sanglant, cependant, aucun militaire n’a été condamné, certains ont même été décorés par la suite au cours de leur carrière. Les anglais l’appellent Londonderry, « London » ayant été ajouté au nom de la ville en 1613 pour humilier les Irlandais.

derry-mural-bogside



 

Free Derry Museum et tour

free-derry-museum

Free Derry Museum

Le musée de Free Derry raconte l’histoire du mouvement des droits civils, la création du « Free Derry » (« Derry libre ») dans les années 60 et 70 et l’histoire du « Bloody Sunday » qui a eu lieu ici –même à côté. On peut encore voir des impacts de balles sur le mur du musée.

free-derry-museum-impacts-balles

Façade du musée avec deux impacts de balles

L’histoire est contée du point de vue des gens qui l’ont vécue. Le musée est très intéressant, très instructif et comporte des objets de l’époque comme une veste portée par une victime du Bloody Sunday et des vidéos d’archives filmées par un militant durant les années précédentes mais aussi le jour du dimanche sanglant où il a trouvé la mort. Les panneaux au mur sont en anglais, mais il y a des traductions disponibles en français et dans de nombreuses langues, il y a même catalan !

veste-musee-free-derry

monument-bloody-sunday

Monument aux victimes du Bloody Sunday

 

Et surtout ne manquez pas le tour guidé « Free Derry » du quartier. C’est Michael, un homme qui a vécu les faits et a connu beaucoup de victimes qui nous a expliqué toute l’histoire les yeux remplis d’émotions. Nous sommes allés de peintures murales en monuments. Cette visite bien qu’émouvante est très importante pour comprendre l’histoire de Derry et l’histoire de l’Irlande (surtout du Nord) en général. Le mur « you are now entering Free Derry » a été érigé en 1969.

free-derry-corner

Free Derry Corner

On apprend aussi le sort des prisonniers grévistes de la faim qui luttaient pour la liberté. Leurs noms sont inscrits sur un monument avec notamment celui du célèbre Bobby Sands qui succomba après 66 jours de grève.

monument-grevistes-de-la-faim

Monument aux grévistes de la faim

Steve Mc Queen lui a consacré son premier film assez dur Hunger pour lequel il a reçu la caméra d’or au Festival de Cannes 2008, avec le magnifique Michael Fassbender dans le rôle criant de vérité de Bobby Sands.

D’ailleurs le film a été entièrement tourné à Belfast avec une équipe irlandaise. Et c’est dans un centre sportif qu’a été reconstituée la prison de Maze, car le réalisateur n’a pas obtenu l’autorisation de tourner dans la vraie prison où est mort Bobby Sands. Et c’est dans ce centre sportif, aussi lieu de concerts que U2 a joué pour la première fois en Irlande du Nord! Le deuxième DVD des bonus dure plus de deux heures et apporte plein d’autres informations aidant à comprendre l’histoire du film comme l’histoire de l’Irlande du Nord. Vous pouvez acheter le film Hunger ici.

Bloody Sunday, film de Paul Greengrass

bloody-sunday-film-afficheLe film raconte justement (et je pèse mes mots) la journée entière du fameux dimanche 30 janvier 1972. Même si c’est un film de fiction, on a presque l’impression de voir un documentaire. Paul Greengrass utilise une mise en scène caméra à l’épaule, qui bouge pas mal, comme dans les événements. Gros plans des acteurs de cette manifestation pour être au plus près des personnages et vraiment ressentir les émotions de ce jour-là. De plus, le film est très fidèle à la réalité des faits, je me suis renseignée auprès de notre guide et du gérant du musée qui a lui-même perdu son frère dans le Bloody Sunday. Je leur ai posé beaucoup de questions, ils aiment beaucoup le film qui retranscrit bien ce qui s’est passé ce jour-là selon eux. Ils vendent d’ailleurs le DVD au musée, je vous conseille vivement de le voir. Il m’a permis de bien mieux comprendre l’histoire. Vous pouvez acheter le DVD sur ce site.

Voici la bande-annonce du film:

 

Sunday, Bloody Sunday” par John Lennon et U2

Et oui, on connait bien mieux la chanson de U2, mais c’est John Lennon le premier qui a coécrit avec Yoko Ono une chanson sur le “Bloody Sunday” dans la foulée des événements, elle fait partie de son album « Some Time in New York City » sorti en juin 1972. Une autre chanson sur cet album « Luck of the Irish » traite aussi du conflit nord-irlandais.

« Sunday Bloody Sunday » de U2 fait partie des plus grands succès du groupe et se trouve sur leur album War sorti en 1983 (vous pouvez acheter l’album ici), ils la chantent à tous leurs concerts. Et pour mieux comprendre la chanson, j’ai choisi une vidéo sur youtube avec la traduction des paroles en français:

 

Visiter le centre-ville de Derry et ses remparts

derry-vue-du-peace-bridge

Vue de Derry depuis le « Peace Bridge »

guildhall-derry

Guildhall

 

Mais je ne voudrai pas vous plomber la visite de Derry, c’est bien sûr beaucoup d’histoire assez difficile et qui a toujours son impact aujourd’hui. Mais en dehors du Bogside, allez faire un tour au centre-ville. Au bord de la rivière, juste après le « Peace Bridge » (pont de la paix), le monument de style gothique, c’est le Guildhall, il date de 1887 et abrite toujours le siège du conseil municipal. De 2000 à 2004, c’est dans ce bâtiment que s’est déroulé l’enquête officielle du « Bloody Sunday ».

remparts-derry

Sur les remparts de Derry la nuit

Et surtout ne manquez pas les remparts ; de plus, Derry est une ville sûre maintenant et j’ai beaucoup apprécié faire le tour des remparts la nuit, ambiance mystique et monuments illuminés comme la cathédrale St Columb qui date du 17ème siècle. Et comme dans toute ville ou village irlandais, il y a bien sûr les pubs bien sympas avec une bonne ambiance. C’est une ville étudiante et elle est capitale de la culture en 2013.
Pour préparer votre séjour à Derry: réserver un hôtel à Derry.

cathedrale-st-columb-derry

La cathédrale St Columb

Par Emilyz

Voyageuse cinéphile et réalisatrice, Emily parcourt le monde et partage ses voyages à travers des documentaires, des photos et des articles sur son blog.
Rejoignez-la sur son profil Google+
Noël à Moorea et visite de l’île
Noël à Bondi Beach, Sydney
Voyageuse cinéphile et réalisatrice, Emily parcourt le monde et partage ses voyages à travers des documentaires, des photos et des articles sur son blog. Rejoignez-la sur son profil Google+

12 Commentaires

  • Sunday bloody sunday … je me suis senti très très con quand j’ai appris à quoi faisait référence cette chanson. Pour moi, c’était un morceau euphorisant, le truc sur lequel tout le monde devenait surexcité en boîte. Et là paf, tu découvres que ça parle des heures les plus sombres de l’histoire de l’Irlande du Nord 🙁
    Je n’ai pas vu le film de Greengrass mais Hunger m’avait pas mal retourné les trips. Ce n’est pas le genre de film toujours très confort à voir, mais ça marque l’auditoire sans rentrer dans le trash, le but est atteint dans un style assez brillant.
    Laurent Articles récents…Pano 360 : la mosquée Kalon à BoukharaMy Profile


  • J’ai ADORE le film de Paul Greengrass. J’avais peur que son aspect « faux documentaire » m’ennuie mais il est vraiment fort et analyse bien l’engrenage de la violence (voir la conclusion).

    La chanson de U2 me laisse assez perplexe car comme le dit Laurent, la plupart des gens la prennent pour une chanson funky sur laquelle danser. Combien sont à la beugler dans les pubs, une chope de bière à la main en sautillant joyeusement? Les boites de nuit et bars n’hésitent d’ailleurs pas à la programmer pour « mettre l’ambiance » à la suite de chansons type Bon Jovi. Je trouve ça un peu inapproprié et je me demande si U2 la considère encore comme une chanson engagée ou surtout comme une chanson-succès…

    En tout cas, j’aimerais bien visiter Derry et ces monuments dont tu parles 😉
    Morgane D Articles récents…Chennai Express et Krrish 3, deux méga-blockbusters Bollywood de 2013My Profile


  • Je l’ai beuglé en soirée aussi Morgane, tout en sachant ce qu’elle dénonçait ! :p

    Par contre j’étais loin de connaître tout le détail de l’histoire. L’article est bien documenté. Je m’en vais regarder « Bloody Sunday » et « Hunger » du coup, merci.


  • Merci pour vos commentaires. Moi aussi, ça m’a fait bizarre quand j’ai appris ce que voulaient dire les paroles de la chanson de U2. C’est d’ailleurs le générique de fin du film de Paul Greengrass. Mais après ça reste une très bonne chanson et finalement je la chante toujours avec entrain dans les pubs. Après comment U2 la voit, je ne sais pas, mais j’ai déjà vu Bono citer les 14 noms des victimes avant de la chanter lors d’un concert. Et puis, si ça avait été une chanson plombante, elle n’aurait pas été un succès. D’autre part, sans doute que si nous, on a mis du temps à comprendre cette chanson, c’est tout simplement parce qu’on ne parlait pas anglais quand elle est sortie et que ce n’est pas notre langue maternelle, on ne connait pas très bien l’histoire de l’Irlande non plus. Peut-être que les anglophones et notamment les Irlandais l’ont comprise dès le début tout en l’appréciant. Mais je ne suis sûre de rien, ce sont des idées…
    Emilyz Articles récents…Comprendre le “Bloody Sunday” à Derry, en musique et filmsMy Profile



  • mireille finnegan

    Répondre

    Excellent article. mais un peu sectaire.
    Londonderry s’appelle ainsi car Elisabeth Iere a colonnisé la région au XVI siecle et ce sont des Londoniens qui se sont installés a Derry… d’ou le nom!

    A travers la musique et surtout les paroles on apprend plein de choses si on se donne la peine d’écouter.
    Merci encore pour cette approche originale et tres agreable.
    Amicalement, Mireille


  • Vanessa

    Répondre

    Personnellement j’ai adoré votre article!
    Je suis née dix ans après ce dimanche sanglant, mais ayant des parents qui ont toujours tenté de m’inculquer un max de culture, et surtout des fans de U2, j’ai très tôt su le sens de la chanson « Sunday, bloody Sunday ». Ce qui ne m’a cela dit jamais empêché de sautiller dessus en boîte!
    C’est malheureux de savoir que tant de personnes ignorent ce qui ‘est passé en Irlande du Nord, alors que tant d’âmes se sont envolées dans un seul but, celui d’être libre! Le pire c’est que ce n’est pas si vieux, il n’y a pas si longtemps il y avait encore beaucoup d’affrontements… Il y a la chanson « Zombie » de Cranberries qui elle fait référence aux affrontements de début 90…
    Comme quoi, l’histoire ne sert pas de leçon, on a beau avoir vécu le conflit, la guerre, la mort, tout recommence à chaque fois… L’humain est fait ainsi!
    En tout cas merci pour cet article qui nous donne la sensation de visiter la ville de « Derry », avec quelqu’un qui sait de quoi il parle!


  • Jean Claude

    Répondre

    Et ensuite le 13 novembre 2015 les Français, les Anglais et leurs alliés, se rendent compte qu’ils ne sont pas si innocents comme ils se croient. Le boumerang de l’Histoire revient sans cesse leur péter à la gueule leur part de la haine et du racisme d’autrui.


  • GRard

    Répondre

    Bonjour,

    Belles photos et article bien documenté. Quant à la chanson de U2, elle a été écrite 10 ans après le massacre pour rendre hommage aux victimes mais au delà se lamenter de la situation en Irlande suite à la séparation en 1921. La chanson appelle à la paix et tente de donner de l’espoir.
    La première version de cette chanson co-écrite par J.Lenon et Y.Ono juste après le Sunday Bloody Sunday historique est beaucoup plus violente et appelle a la révolte ouverte. Réaction épidermique du créateur de Imagine….. Si l’histoire d’Irlande vous intéresse, vous pouvez regarder Mickael Collins pour vivre (en fiction) le soulèvement de Pâques mais surtout Au Nom du Père, magnifique film avec Daniel Day Lewis et si vous pouvez le voir en VO, vous entendrez le bel accent irlandais.


    • Bonjour,
      merci beaucoup pour votre commentaire. Oui, en effet, j’ai vu les deux très beaux films « Michael Collins » et « Au nom du père » pour préparer mon voyage en Irlande justement.


Trackbacks/Pingbacks

  1.  Que visiter à Derry / Londonderry en Irlande du Nord?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Comments links could be nofollow free.